LES INVESTISSEMENTS EN CÔTE D’IVOIRE ET LES OPPORTUNITES D’AFFAIRES EN 2021

  Situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest et bénéficiant de conditions naturelles plutôt favorables, la Côte d’Ivoire est un pays qui présente ces dernières années un énorme champs d’investissements. Du fait de la pandémie de la pandémie du Covid, les activités ont ralenti à un point considérable. Cependant, l’année 2021 offre d’énormes et nouvelles opportunités d’affaires et investissements à ce pays dynamique. Dans la suite de notre travail, nous identifierons les investissements qui y seront faits puis nous tenterons d’analyser les opportunités d’affaires aussi bien dans les secteurs primaire, secondaire que tertiaires. 

        I-       LES INVESTISSEMENTS EN CÔTE D’IVOIRE

De nombreux investissements ont été annoncés pour cette année dans les différents secteurs d’activités de la Côte d’Ivoire.

1) Dans le secteur primaire

  Dans le secteur primaire, l’agriculture constitue un des axes centraux des priorités des investisseurs pour cette année. C’est à juste titre que le gouvernement ivoirien, l’un des plus grands investisseurs dans ce secteur dote le ministère de l’agriculture de 136 milliards de Francs CFA pour assurer la sécurité alimentaire. 

2) Dans le secteur secondaire

On notera par contre au niveau du secteur de l’industrie, une hausse des investissements de l’industrie pour cette nouvelle année. Le secteur ivoirien de l’énergie attiserait toutes les envies. En effet, plus de 73% des investisseurs seraient optimistes quant à son fort potentiel de croissance d’où leur intérêt d’investir en Côte d’Ivoire dans ce domaine. 

3) Dans le secteur tertiaire 

En 2021, le secteur tertiaire se veut par contre plus mouvementé. Le ministère des Transports en Côte d’Ivoire affectera 69 millions d’Euros pour les investissements sur un budget total de 88 millions d’Euros. Il y a notamment le métro d’Abidjan et la modernisation de 5 aéroports figurent parmi les chantiers prioritaires. Il sera épaulé par le ministère de l’Equipement et de l’Entretien routier. Les grands chantiers en cours dans le secteur des Transports en Côte d’Ivoire vont se poursuivre, en s’intensifiant en 2021. Dans sa présentation devant les députés, le ministre des Transports a évalué le budget 2021 de son département à un montant global de 57,605 milliards FCFA réparti en trois programmes. A savoir, le programme Administration générale qui représente 4 % du budget, le programme transport terrestre (56 %) et le programme aérien avec 40 %. Il a par ailleurs précisé que 78 % de ce budget, soit 44,932 milliards FCFA, sera « exclusivement réservé aux investissements ». Au tableau des chantiers inscrits dans le budget 2021, figurent, entre autres, la réalisation des travaux du métro d’Abidjan, la réhabilitation et la modernisation de cinq aérodromes à l’intérieur du pays, la professionnalisation des transporteurs et des conducteurs, le renforcement des dispositifs liés à la sécurité routière, ainsi que la mobilité et la gestion intelligente du trafic à Abidjan. Soulignons que les investissements du ministère des Transports dans le sous-secteur routier viendront en complément à ceux du ministère de l’Equipement et de l’Entretien routier, qui a vu son budget 2021 validé à hauteur de 595 milliards FCFA. Tous ces investissements éventuels sont annonciateurs d’une forte croissance dans ce dit secteur.

 Après avoir analysé, ces différents investissements prévus pour cette nouvelle année, il convient de nous axer maintenant sur les opportunités d’affaires qui s’offrent à ce beau pays bénéficiant d’une belle ouverture sur l’océan Atlantique.

        II-      LES OPPORTUNITES D’AFFAIRES EN 2021

A chaque fois que des investissements se font ou sont prévus, il y a des opportunités d’affaires qui se créent systématiquement. A cet effet, il y a chaque année des secteurs qui ont des opportunités assez importantes et fixes. Par contre, d’autres secteurs connaissent des offres variées y compris l’aspect financier.

1) Au niveau du secteur primaire  

Les prévisions indiquent une croissance de 3,5%, tirée par l’agriculture vivrière et l’élevage (+4,5%). Dans le domaine agricole, il y a des campagnes de ventes de café, de cacao, de coton ou même d’anacardes qui se font chaque année à des périodes bien précises. Lors de ces campagnes, il y a d’énormes opportunités d’affaires qui se créent. Les européens feront leurs réserves annuelles en cacao et café et ceux en grosse quantité. Cela constitue des offres assez importantes puisque la Côte d’Ivoire et le Ghana occupe à eux seuls plus de 50% des parts du marché de cacao. Aussi, la Côte d’Ivoire est l’un des plus grands producteurs de café, d’où l’opportunité de ventes très conséquentes de centaines de tonnes aux étrangers pour cette année.

Néanmoins, l’Etat ivoirien fait de son mieux pour rendre attractifs les produits de rentes ivoiriens à travers des subventions aux planteurs et aux associations agricoles. C’est donc à juste titre que le Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) fait tout pour améliorer les investissements dans plusieurs domaines d’activités comme le secteur agricole.

Le pays bénéficie de ressources minières et agricoles diversifiées, d’un réseau d’infrastructures en cours de modernisation, d’un emplacement côtier stratégique et d’une économie stable. Tout ceci permettra d’y créer encore plus d’opportunités d’affaires surtout avec le climat qui se veut de plus en plus favorable pour le développement aussi bien des cultures vivrières que de rentes. 

Selon les prévisions, à l’horizon 2022, le Kenya, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie, le Nigéria et le Sénégal seront les pays les plus dynamiques et propices aux investisseurs.

2) Au niveau du secteur industriel  

    Le CEPICI a annoncé récemment la mise sur pieds d’une usine d’assemblage de matériels Technologiques par le groupe CERCO. Le groupe permettra une amélioration de la production de matériels technologiques en Côte d’Ivoire. Tout ceci permettra à ce pays de pouvoir immédiatement ses besoins en appareils technologiques.  Il y a aussi des appels d’offres, les projets et les marchés publics concernant le secteur de l’énergie. La demande en matière d’électricité se veut de plus en plus grandissante surtout pour cette année 2021. La Côte d’Ivoire en fournit à ses pays voisins. On notera une progression pour cette année de 9,7% dans le secteur secondaire, soutenue par les BTP (+18,3%), le secteur pétrolier (10,2%), l’industrie agro-alimentaire (6,1%) et les autres industries manufacturières (5,1%). Tout ceci participe au développement des activités et donc crée sans cesse des opportunités d’affaires. L’économie ivoirienne, l’une des plus forte de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, reste une destination privilégiée pour les investisseurs étrangers de la région surtout pour ces produits qu’elle fournit pour le développement de leur industrie. 

   3) Au niveau du secteur tertiaire    

Les services financiers et la Grande Distribution connaissent une forte progression, ces dernières années, viennent respectivement en 3ème et 4ème position. Ces deux secteurs seront portés par la croissance d’une classe moyenne de consommateurs disposés à consommer davantage. 59% des acteurs croient que le secteur des services financiers représente l’avenir de l’Afrique et par ricochet celui de la Côte d’Ivoire. Le secteur tertiaire affichera selon les statistiques, une croissance de 6,5%, grâce au commerce (+6,6%), aux télécommunications (+6,6%), au transport (+6,7%) et aux autres services (+6,4%) d’où d’immenses opportunités d’affaires. Les nouvelles technologies innovantes visant la facilitation des transferts de fonds porteront la croissance de l’économies africaine.

Au terme de notre analyse, nous retiendrons que la Côte d’Ivoire est un pays qui a d’énormes potentialités d’où l’attractivité de cette terre vis-à-vis des fournisseurs. De nombreux investissements sont prévus pour cette année 2021 et simultanément des opportunités d’affaires se créent à grande intensité. Vue la résurgence du virus du Covid-19 et une contagion extrêmement grande qui refait surface, nous sommes emmenés à nous interroger sur le déroulement effectif des investissements et des conclusions de contrats d’affaires. Serait-il nécessaire pour l’Etat ivoirien de mettre en place certaines politiques pour éviter de mettre en péril ces différentes activités ?

Tags

Leave a comment