CULTURE : le MASA

Logo officiel MASA

LE MASA EN QUELQUES MOTS

Le Marché des arts du spectacle africain en abrégé MASA fut créé en 1990 par l’Agence intergouvernementale de la Francophonie lors de la deuxième Conférence des ministres de la Culture et de la Francophonie qui s’est tenue à Liège (Belgique).

Son but premier est de renforcer les capacités des professionnels africains des arts vivants (musique, théâtre, danse) et de permettre l’accès des productions africaines et de leurs artistes au marché international.

Après la première édition, organisée à Abidjan en 1993 par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et le ministère ivoirien de la Culture, le festival fut organisé chaque 2 ans. Le MASA est devenu le 5 mars 1998 un“Programme international de développement des arts vivants”. Structure in dépendante, son siège est fixé à Abidjan après la signature d’un accord entre leMASA et le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire en janvier 1999.

Le MASA c’est le MASA Marché (MASA In) qui accueille les prestations de groupes artistiques sélectionnés à la suite d’un appel à candidatures par une équipe composée d’experts nationaux et internationaux constituant le Comité artistique international (CAI). Mais aussi le MASA festival (MASA Off) accueille les prestations des artistes de renom mais aussi des artistes en herbe et quelques groupes sélectionnés ne figurant pas sur la liste de la sélection officielle du MASA marché . Le MASA festival peut être perçu comme le côté festif du MASA. Ce sont plus de 200 spectacles, toutes discipline confondues, qui se jouent à travers le district d’Abidjan.

LA 11ème ÉDITION DU MASA

Le MASA 2020, ayant pour thème Afrique-Monde, s’est tenu du samedi 07 auSamedi 14 mars avec le Canada comme pays invité d’honneur.

Cette édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan était caractérisée par une myriade d’activités de qualité. Entre le concert d’ouverture du triple GrammyAward, le phénoménal Paco Séry au MASA Jazz Festival pendant toute la semaine du spectacle, la pièce No Limit du chorégraphe Georges Momboye et la composition de Slam « autour du feu » présentée par un jeune slameur ivoirien du nom de Pierre Cédric dimanche à l’institut Goethe, les participants ont été servis. Aussi, Marsi Essomba et la compagnie l’École des poètes ont animé des contes à l’institut Goethe.

Toujours dans le même élan de découverte et de divertissement, un spectacle théâtral présenté par la Compagnie I´Wothui de Côte d’Ivoire s’est tenu dans une salle du Palais de la culture, il ressassait l’histoire du grand Patrice Lumumba. Dans le même temps, les amateurs de mode et de strass ont pu s’émerveiller devant la créativité et2 les sublimes tenues des différents stylistes au palais de la culture avec notamment Awa Malika, Touvoly, Kamissoko, Chakane, Ben’s et bien d’autres.

Après Abidjan Danse parade, la commune d’Abobo inaugure mercredi le musée Adama Tounkara avec le vernissage de l’exposition « Prête-moi ton rêve ». Le festival a failli ne pas se tenir en raison de la situation qui prévaut relativement auCorona Virus mais le directeur du MASA s’est finalement réjouit de son maintien tout en saluant les mesures sanitaires prises afin de garantir la sécurité de tous.

A la cérémonie de clôture officielle de la 11ème édition du Marché des Arts duSpectacle d’Abidjan (MASA), Le directeur général du MASA, le professeur Yacouba Konaté, a donné une conférence de presse pour présenter le bilan de cette édition. Elle a réuni, au total, 202 spectacles, 231 groupes, 1735 artistes, 247 professionnels (directeurs de festival, diffuseurs, etc.), 437 journalistes dont 257 ivoiriens et 90 internationaux et 41 pays. Parmi les participants, on a pu compter 132 canadiens, sachant que le Canada était le pays invité d’honneur.

Ladite conférence a pris fin par une cérémonie de remise de prix à trois acteurs de différentes catégories : le prix de l’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF), et deux prix de la CEDEAO. Celui de l’OIF est décerné à Joël Yao N’guessan qui est un régisseur ivoirien. Le prix de la CEDEAO pour le slam est attribué à la poétesse et slameuse ivoirienne Aminata Bamba alias Amee, prix qui lui donne droit à une subvention de 2000 dollars américain. Et finalement le prix de l’humour de la CEDEAO revient à Philomène Nanema, humoriste burkinabé. Elle gagne, quant à elle, une subvention de 3000 dollars américain. La prochaine édition se tiendra en 2022 et présage de nombreuses innovations et surprises.

Leave a comment